Bienvenue sur le site du
Front National des Alpes-Maritimes

Accueil

Les Responsables

Les Circonscriptions

La vie des Sections

Les Actualités du 06

Défilé 1er mai 2006

Le Programme (national)

Le Programme (local)

Comment adhérer ?

Les Elus Régionaux

Les Elus Européens

Un peu d'Humour

Divers

Liens amis

Vintimille, le coup de torchon !
Quand on veut, on peut !

(Réf : l'article de Nice-Matin du samedi 27 janvier 2007
intitulé "Vintimille, l'incroyable ménage !")

Et en prime, un peu de politique-fiction !

Ce vendredi (26 janvier 2007), jour du marché à Vintimille, la surprise est totale pour les nombreux visiteurs. Où sont passé tous les Chinois, Sénégalais et autres Maghrébins, la plupart vendeurs de bijoux de pacotille, d'accessoires de mode et autres articles en toc ?
La place est nette, les allées dégagées et seuls restent les commerçants agréés.

Jusqu'à aujourd'hui, les douanes françaises, les autorités italiennes (et européennes) se contentaient de multiplier les saisies et de communiquer sur les conséquences des achats de contrefaçons. Mais hier (26 janvier), le grand nettoyage a commencé. Sous la direction du préfet de la province d'Imperia Maurizzio Maccari et du questore (équivalent d'un directeur régional de la sécurité publique) Giovanni Sarlo, les autorités italiennes ont entrepris de fermer les entrepôts locaux utilisés par les réseaux de contrefacteurs, elles ont aussi procédé à des saisies records de marchandises et à la destruction rapide de celles-ci, mais aussi réalisé des contrôles efficaces dans les moyens de transports (bus et trains) utilisés par les revendeurs depuis la Toscane.
Le résultat ? La disparition des revendeurs de contrefaçons des allées du marché de Vintimille. Ainsi, une cliente un peu déçue avouera au journaliste de Nice-Matin : "C'est devenu un marché normal...".

Pour l'instant, on ne peut que se féliciter de ces mesures. Quand il y a une volonté politique affirmée et surtout soutenue par la population concernée (en l'occurence les commerçants), les mesures adéquates ne peuvent avoir que de bons effets à terme !


Petite fiction

On ose à peine imaginer ce qui se serait passé si cette histoire se déroulait en France !
Alors laissons courir un peu notre esprit et imaginons que Vintimille soit en France.
Le préfet, sur instructions du ministre, décide de faire cesser le marché des faux et prend les mêmes décisions que son homologue italien. Immédiatement on assiste à la mobilisation - d'abord régionale puis nationale - de toutes les associations de défense des pauvres immigrés contraints de vendre des faux pour survivre !
L'action des pouvoirs publics est d'abord génée puis ralentie et pour finir s'arrête ! Des manifestations s'organisent dans les gares, devant les entrepôts et au marché. Mouloud Aounit et le MRAP crient au racisme, les "Enfants de Don Quichotte" mettent à la disposition des revendeurs des stands légers en plastique pour les transformer de marchands "ambulants" en marchands "installés et respectables".
Le gouvernement, devant un tel remue-ménage, commence à reculer. Chirac, jamais en retard d'une opportunité, déclare à la télé que les revendeurs immigrés, exploités par des réseaux mafieux internationaux de contrefaçons ont droit à toute notre commisération. Sarkozy et Ségolène, en campagne tous azimuths, expliquent que ces personnes sont chez-eux-chez-nous et qu'il faut les aider.
Une coalition de députés UMPS (UMP-PS) exigent le déblocage de 300 millions d'euros pour leur donner des stands dignes de ce nom et le gouvernement mené par Villepin dépose à l'Assemblée Nationale un projet de loi dit "du droit au standing opposable" !
La loi est adoptée en urgence, et tout le monde de se féliciter de la rapidité des décisions prises et de se congratuler mutuellement avec de grandes claques dans le dos !
Et les organisations mafieuses de rire !

Mais... dans les industries françaises dont les produits sont contrefaits, les petites mains chez les grands couturiers, les parfumeurs de Grasse (et jusqu'aux équipementiers automobiles), tous ceux qui ont fait de notre grand pays le leader mondial du luxe, tous sortent devant leur entreprise, leurs ateliers et leurs laboratoires.
Et employés et patrons, ensemble, s'asseyent et commencent à pleurer de désespoir devant tant de bétise !


Parce qu'ils savent que demain, le mois suivant ou l'année prochaine, ils perdront leur travail. Les 30.000 emplois annuels qui disparaissent à cause des contrefaçons du sud-est asiatique et des pays dits "émergents" ne seront jamais remplacés. C'est tout un pan de notre industrie qui disparait petit à petit. Et si la contrefaçon a commencé avec les produits de luxe, elle s'attaque depuis plusieurs années à pratiquement tout le reste.

Ainsi, la contrefaçon est responsable de la perte de 30.000 emplois par an en France, selon le raisonnement suivant : quel est l'intérêt pour une cliente aisée d'acheter un sac Vuitton ou Gucci à 1000 ou 2000 euros si n'importe qui peut avoir le même sac (apparemment) pour moins de 50 ? Le même raisonnement est valable pour des montres de marque ou des vétements siglés (polos Lacoste ou autres) !
On sait parfaitement que s'il n'y avait pas de contrefaçon des produits de luxe, ceux-ci ne seraient pas plus achetés. Il ne s'agit pas ici de manque à gagner mais bel et bien de perte de clientèle ! Et donc de licenciements !

Alors bien sûr, le marché de Vintimille ne sera plus tout à fait comme avant. Mais est-ce vraiment un si grand sacrifice si cela peut éviter quelques licenciements et leur cortège de drames humains dans notre pays ?


Accueil - Responsables - Circonscriptions - Sections - Actualités 06 - 1er mai 2006 - Programme (national) - Programme (local) - Comment adhérer ? - Elus Régionaux - Elus Européens - Humour - Divers - FN 06 TV - Liens amis