Bienvenue sur le site du
Front National des Alpes-Maritimes

Accueil

Les Responsables

Les Circonscriptions

La vie des Sections

Les Actualités du 06

Défilé 1er mai 2006

Le Programme (national)

Le Programme (local)

Comment adhérer ?

Les Elus Régionaux

Les Elus Européens

Un peu d'Humour

Divers

Liens amis

DROITS DES SANS-PAPIERS
EN FRANCE

Qu'il fait bon vivre en France !
Aux crochets des Français !

De nombreuses associations ou services de l'État n'existent que pour aider les immigrés à s'installer mieux et s'intégrer plus facilement à notre communauté nationale.
Tant qu'il s'agit d'immigrés "légaux" avec visa, papiers et autorisations diverses, la démarche est, disons, "justifiable" !

Mais là où le bât blesse, c'est quand des associations se mettent à aider les immigrés clandestins, illégaux et sans-papiers en leur indiquant et fournissant tout un panel de droits à leur disposition. Lesquels sont fournis obligeamment par nos gouvernants et toute une bande d'irresponsables qui militent pour la promotion de l'immigration illégale.

Parmi eux, le GISTI (Groupe d'Information et de Soutien des Immigrés), qui propose sur son site internet la liste des Droits légaux des Sans-papiers en France.

Sur une page de leur site, nous avons trouvé la liste de leurs droits.
Notez qu'il s'agit bien de leurs droits.
Vous ne trouverez nulle part la moindre allusion à un quelconque devoir à remplir ou assumer pour mériter la moindre des prestations indiquées
.

Dans un souci d'équité, nous rappellerons que le premier, et unique, devoir d'un clandestin, c'est de ne pas être là ! C'est de ne pas venir ici. Et s'il est déjà là, c'est de repartir !

Voici donc la liste des Droits en question.
Les liens indiqués renvoient aux pages du site du Gisti.
Les opinions indiquées dans ce texte n'engagent
que la responsabilité de son ou ses auteurs.
Opinions que nous, FN, ne saurions en aucun cas partager.

I — Santé
Le droit aux soins et à la prise en charge de ces soins pour les étrangers sans papiers ou en situation précaire de séjour est présenté dans les deux rubriques suivantes :

Les sans-papiers ont le droit d’accéder aux dispositifs gratuits de santé publique assurant la prévention et le dépistage de certaines maladies.

Depuis 2000, l’IVG est accessible à toutes les femmes, sans condition de séjour ou de durée de résidence.

II — Famille

Le droit de se marier est un droit fondamental. Aucune condition de régularité de séjour ne peut être exigé.

Le droit de se pacser n’est soumis à aucune condition de régularité de séjour.

Un sans-papier peut obtenir une déclaration de vie maritale en cas de concubinage (ou union de fait).

Tous les enfants ont le droit d’aller à l’école.

Les prestations de l’aide sociale à l’enfance sont sans condition de régularité de séjour, ni de résidence.

La consultation gratuite dans un centre PMI est ouverte à tous.

L'accès aux crèches n’est pas conditionné à la régularité du séjour.

III — Travail Un travailleur sans papiers est couvert par l’assurance accident du travail.

Un travailleur sans papiers et non déclaré n’est pas privé pour autant des droits liés à son travail.

IV — Vieillesse

La régularité de séjour et/ou la résidence en France ne sont pas nécessaires pour liquider et percevoir la plupart des avantages retraite.

V — Hébergement

Aucun titre de séjour ne peut être exigé pour l’accès et la prise en charge des frais dans les structures d’hébergement pour les personnes en détresse sociale (centre d’hébergement d’urgence, hôtels sociaux, CHRS, établissements d’accueil mère-enfants).

VI — Justice

Les sans-papiers peuvent accéder à l’aide juridictionnelle sous certaines conditions.

VII — Aides financières

Les prestations familiales sont destinées à compenser la charge de l'entretien et l'éducation d'un enfant. Dans certaines hypothèses limitées, il y a possibilité pour un parent sans-papiers d'obtenir des prestations familiales.

La plupart des collectivités locales (communes, départements, régions) ont décidé de leur propre initiative de créer des aides ou des prestations sociales particulières. Certaines de ces collectivités locales n'exigent aucune condition de régularité de séjour.

VIII — Vie quotidienne

Toute personne, avec ou sans titre de séjour, a le droit d’avoir un compte bancaire.

Les autorités organisatrices de transport urbain de voyageurs ont obligation d'offrir des réductions tarifaires d'au moins 50 % aux personnes dont les ressources sont égales ou inférieures au plafond plafond de la couverture maladie universelle complémentaire et ce quel que soit le lieu de résidence de l'usager.

IX — Citoyenneté

Les sans-papiers sont particulièrement visés et menacés par les contrôles d’identité. Il est important de bien connaître ses droits en matière de contrôle d’identité, ce qui peut permettre d’éviter les pires conséquences.

Si l’on ne devait donner qu’un seul conseil aux étrangers sans papiers ou en situation administrative précaire, ce serait celui de ne pas rester seul et de rejoindre les collectifs, associations ou syndicats. C’est concrètement le meilleur moyen de faire valoir ses droits, de mieux connaître la société française, d’être reconnu par elle et finalement de défendre la citoyenneté et l’État de droit.


Qui paye pour tout ça ?

Très simple : nous, vous, moi !
Par le biais de nos impôts. Impôts qui devraient en toute logique bénéficier aux citoyens français : en priorité !
Nous précisons bien "en priorité" car il n'est pas question de se montrer inhumain ni monstrueusement égoïste !
La France et ses habitants ont toujours été généreux avec les malheureux.
Il n'est que de constater les énormes dons financiers consentis par nos compatriotes pour les victimes du tsunami !
nous disons seulement "en priorité" parce que les destinataires devraient être les citoyens français et ensuite, seulement ensuite, les étrangers. Puis après, les clandestins et autres sans-papiers qui ne devraient d'ailleurs même pas être là !

Mais nous ne les oublions pas !

Le Front National et Jean-Marie Le Pen, conscients depuis de nombreuses décennies, que la France "ne peut pas accueillir toute la misère du monde" (Michel Rocard, 1985) préconise dans son programme de :
Renforcer la coopération avec les pays en voie de développement et coupler le codéveloppement avec le retour des immigrés.
Nous proposerons avec les pays d’émigration vers la France une nouvelle politique de coopération, afin de rendre plus équitables les termes de l’échange économique international, et plus stables les cours des matières premières qu’ils exportent.
Ensemble, nous ferons en sorte que le retour de nombreux immigrés dans leurs pays d’origine soit pour ceux-ci un atout dans leur développement.
Nous veillerons à ce que la coopération cesse de se faire aux dépens des pauvres des pays riches et au profit des seuls riches des pays pauvres, mais qu’elle ouvre de réelles perspectives, notamment dans le domaine de l’eau et de l’éducation.
Nous souhaitons contribuer à former les élites, de préférence dans des universités françaises que nous établirons sur place – nouveaux pôles d’excellence en Afrique, Asie, ou Amérique – plutôt que de les faire venir ici.
Ces nouvelles élites devront bien sûr faire ensuite bénéficier de leurs compétences leur pays d’origine, au lieu de rester dans le nôtre en concurrençant les jeunes Français.
(Extrait du Programme de Politique Étrangère du Front National).


Accueil - Responsables - Circonscriptions - Sections - Actualités 06 - 1er mai 2006 - Programme (national) - Programme (local) - Comment adhérer ? - Elus Régionaux - Elus Européens - Humour - Divers - FN 06 TV - Liens amis