Communiqué de Marc-André Domergue: 35 Heures

 

11951920_672792116153868_2079879588032390916_n

Communiqué de Marc-André Domergue

La loi des 35 heures ressort des placards de l’histoire à l’approche des échéances électorales. Les socialistes d’aujourd’hui renient les socialistes d’hier. Ils l’ont bien compris : pour avoir des chances d’emporter certaines régions et d’asseoir le candidat socialiste aux présidentielles de 2017, il faut trouver des réformes importantes quitte à déconstruire le travail de ses prédécesseurs.

Toucher aux 35 heures, c’est toucher à du velours. Sarkozy l’avait bien compris durant sa campagne de 2007 avec son slogan « Travailler plus pour gagner plus ».

Bis repetita placent ! Emmanuel Macron n’a pas manqué de se faire remarquer – non sans une fausse remontrance de son patron, Manuel Valls – en évoquant une réforme de la loi des 35 heures.

Difficile pour nos entreprises françaises de cumuler les 35 heures et une monnaie européenne tirée par le haut par l’excellence de la machine exportatrice allemande. La note laissée par l’initiatrice de cette loi, Martine Aubry, est salée : 20 milliards d’euros tous les ans de subventions aux entreprises.

Le libéralisme français doit connaître des refontes immédiates en ces temps de crise plus qu’alarmants. Le Front National appelle à renégocier les lois du temps de travail hebdomadaire de 35 heures à condition qu’elle s’accompagne d’une augmentation proportionnelle du salaire, ceci afin de redynamiser nos entreprises en redonnant enfin du pouvoir d’achat aux familles françaises.

Marc-André Domergue
Secrétaire départemental Front National Alpes-Maritimes
Conseiller municipal et métropolitain de Nice